Thanh Long viet vo dao

Viet vo dao style Thanh Long

Maître NGUYEN DAN PHU (10ème dang) – patriarche de l’école Thanh Long

Né au Nord Vietnam, Maître Nguyen Dan Phu a bénéficié pendant toute la première partie de sa vie de l’enseignement direct de Maîtres réputés dans tout le Vietnam. Il quittera Hanoï (Vietnam) pour intégrer l’armée française pendant la seconde guerre mondiale. A la fin des hostilités, il s’installa en France.

Il aura huit fils. Tous seront initiés aux arts martiaux Judo, Karaté et Aïkido. Il leur enseigne personnellement le Viet Vo Dao au travers du style Thanh Long (Dragon vert).

Patriarche des Maîtres pour l’Europe et père d’une famille de onze enfants, huit fils et trois filles, Maître Nguyen Dan Phu est à l’origine de la fédération française de Viet Vo Dao en 1973.
Il a introduit le Thanh Long en France, dans l’après-guerre.
La première salle de Maître NGUYEN Dan Phu a sans doute été ouverte avant la première salle de karaté.
Le style Thanh Long repose sur la codification par Maître NGUYEN Dan Phu des développements de 72 mouvements de base.
L’enseignement direct passe aujourd’hui par ses fils (voir, rubrique « Les écoles Thanh Long).
Thanh Long signifie « Dragon Vert » ou encore « Dragon d’eau », animal mythique, souple, fort, et noble. Les origines nord vietnamiennes expliquent en partie l’élégance et la finesse des techniques Thanh Long. Les mouvements caractéristiques, développés par Maître NGUYEN Dan Phu, sont des mouvements de mains (marteaux, pioches, piques, paumes, tranches etc…)

Les armes traditionnelles ont également une place importante (bâton court ou long, doubles épées, sabre, long gian, etc).

De manière générale, les mouvements sont souvent circulaires et les déplacements se font dans huit directions dégageant alors une impression de grande mobilité et de précision.

Dans l’inévitable classification  » Ecole de pieds » ou « Ecole de mains », le Than Long trouverait sa place du côté des Écoles de mains. Encore qu’il faille se méfier de certaines techniques de pied travaillées avec une efficacité remarquable.

Pas de problème de gabarit, frêle jeune fille et gaillard de deux mètres peuvent se sentir à l’aise avec ce style.

Le style Thanh Long se veut avant tout un art de défense. Il enseigne la politesse, le respect de soi et de son adversaire (partenaire). Il apprend aussi à utiliser le maximum du potentiel de son corps dans certaines circonstances.

La richesse du style Thanh Long réside dans la multitude de « volets » de travail : compétition (combat et technique), le travail de la gestuelle par des enchaînements, la respiration, le travail interne du Bat-Quaï (Taïchi), le travail des armes….

L’entrainement met l’accent sur la mobilité, le travail dynamique et la précision.
Les quyens du style soulignent la richesse des techniques mises au point par Maître NGUYEN Dan Phu.

symbole du Than Long

Appliqué en self-défense, le Thanh Long se montre d’une efficacité redoutable.

Huit grandes écoles Than Long

Soucieux d’assurer la pérennité de son art martial traditionnel Thanh Long, Maître Nguyen Dan Phu fonde officiellement, de son vivant, huit grandes écoles. Il nomme un de ses fils à la tête de chacune d’elle.

Symbole de l’héritage familial ainsi transmis par Lao Su Daï Viet, une stèle, déposée à Da Gnuu, son village natal au Vietnam, témoigne de cette décision.

CUU LONG HOI HOP – La réunion des 9 dragons

Ecole BAC HAI
La mer du Nord
NGUYEN Dan Luc
François
Ecole NAM HAI
La mer du Sud
NGUYEN Dan Ton
Daniel
Ecole TAY HAI
La mer de l’ouest
NGUYEN Dan Long
ALain
EcoleDONG HAI
La mer de l’est
NGUYEN Dan Binh
Serge
Ecole LAO SU DAI VIET
NGUYEN DAN PHU
EcoleTRUONG SON
La chaîne des montagnes
NGUYEN Dan Viet
Gérard
Ecole SON HAI
La montagne et la mer
NGUYEN Dan Hung
Michel
Ecole NAM SON
La montagne du Sud
NGUYEN Dan Minh Gilles
Ecole BA SON
Les 3 montagnes
NGUYEN Dan Viet Christian

Forts de cet enseignement, conformément aux voeux de leur père, les fils de Maître NGUYEN Dan Phu ont souhaité perpétuer le Viet Vo Dao Thanh Long. Quatre d’entre eux ont ouvert des écoles dans le plus profond respect de la tradition et des valeurs qui leur furent enseignées. Chacun, imprégné de l’enseignement reçu, forgé par leur personnalité, a pu développer un style martial qui lui est propre.

Avant de fonder son propre style Maitre Nguyen Dan Phu a commencer à enseigner un art martial qu’il nomait lui même « Thieu Lam »

THIEU LAM

Le Thieu Lam est la traduction de Shaolin en vietnamien

La légende : Bodhidharma était ce moine indien légendaire qui arriva au monastère de Shaolin vers l’an 520 après avoir passé neuf années en méditation dans une grotte où il y trouva l’illumination. Il instruisit par la suite les moines qui étaient de faible constitution à une pratique martiale pour les aider à ce défendre contre les animaux et les brigands qui rodaient autour du monastère.
Il mit en place le traité de renforcement des muscles et tendons, basé sur l’attitude des animaux, ainsi que le traité de lavage de la moelle (khi công).
Il fut également le fondateur d’une doctrine qui partie à la conquête du monde sous le nom de Bouddhisme Chan ou Zen.

Le THIEU LAM est arts sino-vietnamien du nord Vietnam
Sa pratique va être principalement axée sur l’apprentissage des 72 mouvements de base et les 18 quyens de Bodhidharma, qui vont constituer la base fondamentale.
Les 72 mouvements de bases et les 18 quyens de Bodhidharma comportent les techniques de positions, les techniques de coups de pieds et les frappes de mains.
Un gros travail de renforcement du corps, notamment d’endurcissement va être nécessaire pour pouvoir faire face à des contacts durs lors des combats ou des applications en deux par deux. Mais ces endurcissements ne doivent pas être excessifs, seule la régularité de la pratique compte. Le corps doit être renforcer, mais non déformé.
La pratique du THIEU LAM comporte le travail des Quyens et des armes traditionnelles.