la Tenue, la ceinture et les grades

La tenue

Chaque art martial ou école d’art martiaux possède une tenue propre au style pratiqué. Pour l’association AAZ Santé, la pratique du viet vo dao au crès se fait avec un vo phuc noir (kimono noir) ceint par une ceinture blanche ou verte selon le grade en coton.

Cette tenue majoritairement en coton est adaptée à notre pratique et permet l’expression ample des mouvements d’externe et le travail des armes traditionnelle mais également le travail de l’interne. Le noir couleur peu salissante est adaptée à une pratique en milieu naturel auquel on se reconnecte par les pratiques saisonnières.

le noir est une couleur qui absorbe qui ne réfléchie pas la lumière et qui permet donc à toute énergie de passer sans réflexion, le noir est aussi la couleur (même si ce n’est pas une couleur) traditionnelle employée par les pratiquants d’art martiaux vietnamien du style pratiqué. (le blanc étant traditionnellement associé au deuil au Vietnam)

Le croisement de veste est différencié tel le yin et le yang :

  • coté droit sur coté gauche pour les pratiquants masculin
  • coté gauche sur coté droit pour les pratiquantes féminines

L’uniformisation de la tenue permet de supprimer toute appartenance extérieure et permet à l’élève d’entrer dans la pratique sur des critères d’assiduité et de dépassement de soi par rapport à son niveau et capacités initiales. C’est plus la progression par rapport à ses possibilité qui est évaluée par le maître que la réalisation de performances qui ne font que renforcer le jeu de l’égo et éloigne le pratiquant de son intériorité clé de son bien être.

La ceinture

Le vo phuc (kimono) noire est ceint par une ceinture de couleur blanche ou verte (pour le second cercle) dans l’école.

Elle est en coton d’environ 10 cm de large et pour une longueur allant d’environ  240 cm (taille enfant) à 300 cm (taille adulte)

la couleur de ceinture

la ceinture blanche symbolise la pureté et la disponibilité de l’élève près à recevoir les enseignements du premier cercle afin de construire les base qui permettront à l’autonomie dans la pratique personnelle.

La ceinture verte rappelle les origines du style Than long (maître Fu)  transmise par l’école du dragon vert (maître Fournier) et l’école Chấn Điện Võ Đường 

(maître Keliche). C’est aussi le symbole du printemps (vert) et de son énergie pour guider le pratiquant aguerrit sur son chemin approfondissement dans l’art. la ceinture verte est réservé au second cercle, aux anciens de l’école et représentant d

u style pratiqué. Son obtention nécessite un passage de grade, une épreuve ou le pratiquant doit démontrer la maîtrise de l’ensemble de 

l’enseignement du premier cercle, cette épreuve pour l’avoir passé dure fréquemment plus de 12h d’affilée, une préparation contentieuse est nécessaire.  

Le nœud de ceinture

Il est placé à droite pour les pratiquantes féminines, à gauche pour les pratiquant masculin. On rappelle ainsi les notions de yin et de yang opposés et indissociables.

La place centrale du nœud de ceinture est réservée au maître de l’école, représentant ainsi le centre de l’école et de la pratique et le canal central de la retransmission de la chaîne des maîtres, saluée en début de cours.

Le nœud de ceinture est spécifique afin de pouvoir le défaire aussi rapidement possible en cas de besoin pour se défendre ou s’en servir comme une arme.

Les grades

Le sys­tème de grades de l’école d’art martiaux vietnamien du crès possède différentes étapes de progression.

Le võ sinh (pra­ti­quant de võ, l’art mar­tial) débute sa pratique du viet vo dao avec une cein­ture blan­che. C’est la découverte de cet art martial, son initiation.

Après  un an ou deux de pratique assidue, dans le respect des valeurs de l’école, le maître propose au pratiquant d’ajouter une barrette verte à sa ceinture blanche symbolisant le degré de connaissance acquise et du travail fourni. On a usage de dire que l’adhérent de l’association fait fait offi­ciel­le­ment partie de l’école à partir de la pre­mière bar­rette verte, qui sym­bo­lise son tra­vail et sa volonté d’appren­tis­sage.

Les barrettes — ou cấp — vertes peut s’additionner jusqu’au nombre de quatre sur la ceinture blanche, c’est l’appartenance au premier cercle.

Le délai entre la qua­trième bar­rette et la cein­ture verte est plus long car le võ sinh après avoir formé son corps doit assi­miler le tra­vail de base du pre­mier cercle avant de pou­voir accé­der à l’ensei­gne­ment supé­rieur du deuxième cercle. Il faut asseoir les fondations avant de construire la maison.

Lorsque l’élève est ressenti près par la maître, il lui est proposé le passage de la ceinture verte (dernier grade de l’école). Son obtention marque l’entrée dans le deuxième cercle, celui des disciples.

Pourquoi n’y a-t-il pas de barrettes sur la ceinture verte ?

L’obtention de la ceinture verte démontre une parfaite maîtrise des enseignement du premier cercle et la méthode proposée accompagne le pratiquant dans la possibilité d’accéder à l’enseignement du premier cercle grâce à une approche structurée qui a fait ses preuves.

Par la suite l’ancienneté, la continuité de la pratique et l’assiduité joue un rôle essentiel dans l’approfondissement dans l’art et pour celui qui recherche l’unité, placer des distinction entre pratiquant devient totalement hors sujet et cela permet l’introspection aux pratiquants n’ayant pas encore la maturité suffisante dans l’art pour orienter son travail et ses recherches.