Les pratiques respiratoires

Durant les cours d’interne notamment d’art de santé, on réapprend à respirer ! Respirer c’est la vie, bien respirer c’est vivre bien.

Ces techniques respiratoires vont permettre la gestion des émotions, l’oxygénation du corps, la libération des tensions internes et de posséder un outil naturel pour la gestion du stress et faciliter le sommeil.

Le travail respiratoire

Le tra­vail res­pi­ra­toire nous fait pren­dre cons­cience de notre mau­vaise ges­tion du souf­fle, nous permet de qua­li­fier et maî­tri­ser notre res­pi­ra­tion ainsi que de nour­rir le qì et le diri­ger selon les cir­cuits énergétiques du corps.

Sans une bonne respiration et une bonne ventilation, il n’y a pas d’énergie, en MTC le poumon étant le maître de l’énergie. Notre première source d’énergie provient donc de la respiration c’est pour cela que nous prenons soin de bien développer cette partie une des plus importantes selon nous et la tradition.

Citons les paro­les de l’empe­reur Jaune 黄帝 Huángdì, sou­ve­rain légen­daire qui aurait régné de 2698 à 2597 av. J.-C. et qui serait à l’ori­gine d’un des canons de la méde­cine tra­di­tion­nelle chi­noise, le 黄帝内經 Huángdì Nèijīng :

« Respirer c’est vivre,
Respirer mal c’est vivre mal,
Respirer petitement c’est vivre petitement,
Il appartient à chacun de cultiver son corps et son esprit
Afin d’obtenir le vrai souffle. »

La respiration c’est vitale !

On dit que l’on peut survivre 30 jours sans manger, 3 jours sans boire et 3 minutes sans respirer. Selon vous quel est le plus important à faire maintenant ? (si vous ne savez pas, on en reparle dans 3 minutes 🙂 ). Bien sur, ces chiffres sont fonction de l’organisme et de l’entrainement, mais ils donnent un ordre de grandeur. Dans les ordres d’idées, il faut noter le sommeil avec un ordre de grandeur proche de l’eau, à partir de 3 jours des perturbations neurologiques et du comportement apparaissent.

La respiration est la première chose que l’on fait lorsque l’on vient sur terre, avant même le premier cri !

« Concentrez votre souffle vital jusqu’à ce qu’il soit aussi doux que celui d’un bébé »,

préconisait Lao Tseu, sage chinois père fondateur du taoïsme, un des piliers de la pensée chinoise avec le confucianisme et le bouddhisme.

Revenons à la respiration

On com­mence par apprendre à appré­hen­der les trois niveaux res­pi­ra­toi­res (ventre, thorax, gorge et tête) cor­res­pon­dant aux lieux du 精 jīng (« essence »), du 氣 qì (« souf­fle-énergie ») et du 神 shén (« esprit »), trois (trois dantian) des cinq sub­stan­ces vita­les en méde­cine tra­di­tion­nelle chi­noise, avec le sang et les liqui­des orga­ni­ques.

Ce tra­vail s’effec­tue d’abord de manière sta­ti­que puis en mou­ve­ment selon des enchaî­ne­ments codi­fiés (quyền res­pi­ra­toire et énergétique ou luyện khí quyền).

La respiration abdominale

La respiration abdominale est la façon dont respire la majorité des personnes en bonne santé. Le diaphragme s’abaisse au moment de l’inspiration, l’abdomen se gonfle. C’est la façon la plus saine de respirer au quotidien. La base des poumons se remplit d’air, l’abaissement rythmique du diaphragme provoque un massage doux et constant de tout le contenu abdominal et favorise le bon fonctionnement des organes. c’est la respiration des nouveaux nés et de la santé.

La respiration costale

Elle s’effectue en écartant les côtes, en dilatant la cage thoracique comme un soufflet. Cette respiration (costale ou thoracique) emplit les poumons dans leur partie moyenne. Elle fait pénétrer moins d’air que la respiration abdominale tout en requérant plus effort. C’est la respiration « athlétique » qui, combinée avec la respiration abdominale, entraîne une ventilation des poumons satisfaisante. C’est la respiration des sportifs ou lorsque le corps nécessite une grande quantité d’oxygène (effort important, émotions…).

La respiration claviculaire

L’air s’introduit en soulevant les clavicules. La partie supérieure des poumons, seule, reçoit alors un apport d’air frais. La respiration claviculaire est la moins bonne façon de respirer. Les femmes pratiquent souvent cette respiration. La cause principale est la grossesse durant laquelle les femmes ne peuvent plus respirer normalement en raison de la présence du bébé qui gêne la respiration abdominale et parfois même costale. Cette respiration ne permet pas une oxygénisation convenable du corps, c’est la respiration des personnes stressée.

La respiration complète

La respiration complète englobe les trois modes de respiration qu’elle intègre en un seul mouvement ample et rythmé.

La respiration en 3 temps permet, accompagnée des mouvements de bras, de nourrir le corps en profondeur grâce aux phases d’inspiration, de rétention et d’expiration qui va nettoyer le corps des impuretés.

L’expiration

Le travail d’expiration est très important. On ne peut remplir un récipient que s’il a été préalablement vidé. Il ne nous est pas possible de bien respirer si nous n’expirons pas d’abord à fond.

La respiration normale commence donc par une expiration lente et paisible réalisée par la relaxation des muscles inspiratoires. La poitrine s’affaisse de son propre poids ce qui chasse l’air. C’est expiration doit être silencieuse, on ne doit pas s’entendre respirer, et de ce fait elle sera lente.

À la fin de l’expiration les muscles abdominaux peuvent aider à vider les poumons aussi complètement que possible par leur contraction, les derniers restes d’air vicié sont évacués.

La constitution spongieuse des poumons ne permet pas de les vider à 100 %, il restera toujours de l’air impur dans les poumons. Il faut donc s’efforcer d’évacuer au maximum cet air vicié restant.

Lors de l’inspiration l’air frais que nous inspirons va se mélanger à l’air vicié résiduel, pour former notre véritable air respiratoire. Plus nous aurons expiré à fond, plus grande sera la quantité d’air qui pourra entrer dans nos poumons, plus pur sera l’air en contact avec la surface alvéolaire.

Le volume d’air que les poumons peuvent contenir s’appelle la « capacité vitale ». C’est on ne peut plus pertinent.

Les techniques respiratoires

De nombreuses techniques respiratoires visent à augmenter cette « capacité vitale » mais avant tout, il est plus important d’utiliser au maximum celle dont nous disposons, par une expiration soignée.

Ce travail respiratoire nous permet de prendre conscience de notre gestion du souffle, il est un outil pour qualifier et maîtriser notre respiration. Ce travail se pratique de manière statique puis en mouvement. Le travail respiratoire se pratique aussi sous forme de QUYEN respiratoire et énergétique.

La respiration pour débloquer

Lors des exercices respiratoires, nous apprenons à respirer selon les différentes respirations afin de débloquer les différentes zones respiratoires et d’oxygéner les différentes parties respiratoires. C’est un travail primordiale dans l’étude permettant le passage et la qualification des autres exercices de l’école.

La première étape des exercices respiratoires est de débloquer le corps souvent immobilisé par des années de non mouvement respiratoire. Une fois le corps débloqué au niveau de tous ses éléments respiratoires, la libre circulation de l’air va permettre un brassage et une oxygénation douce interne qui va venir balayer le corps comme un massage. Cette circulation va permettre la libération émotionnelle et l’assouplissement des organes internes.

Ce travail de base permet d’intégrer le souffle dans sa pratique puis d’intégrer la conduite du souffle dans le travail énergétique pour enfin refusionner le tout dans un état naturel.

La respiration taoïste

La respiration taoïste est enseignée à un niveau plus avancé de pratique. Cette respiration inversée et respiration taoïste une fois acquise est couplée à des exercices spécifiques de Qi Gong et de méditation active pour aider la circulation d’énergie ou la concentration sur des zones ou points spécifiques en vue de développer le travail de Qi Gong taoïste enseignés dans l’école.

Les bienfaits de la respiration

La respiration est un travail essentiel pour la bonne gestion des émotions, faire descendre le stress et acquérir un outil pour gérer son quotidien. Une bonne maîtrise de la respiration permet également de bien dormir.

Les exercices respiratoires permettent une bonne détente des différents muscles participant à la respiration et notamment le diaphragme. En effet, un diaphragme détendu permet une bonne immunité par son action de pompe sur la circulation des fluides du corps et source d’énergie.

Au niveau énergétique, les exercices et quyens respiratoires enseignés permettent de recharger le corps et les méridiens en énergie et permet une première approche de la conduite des souffles (QI ou CHI énergie) dans la pratique et les QI Gong ou méditations actives.

Dans l’école, la pratique respiratoire est importante comme la respiration l’est pour la santé du corps ! En plus de pratique de base pour réapprendre à respirer convenablement, plusieurs quyens respiratoires sont au programme, ainsi que des gi gong spécifiques (comme la respiration inversée) ou le travail des animaux (notamment la Grue qui travail sur le poumon).

Alors si vous vous mettiez à respirer convenablement ?