Massage Shiatsu

Un art subtil de la relaxation asiatique, riche d’une expérience de plus de 2500 ans

Le Shiatsu, qui signifie littéralement « Pression des doigts », est une technique d’origine japonaise qui s’inspire du massage chinois. Lors de ce massage on procède à des pressions verticales en utilisant principalement les pouces et les paumes de la main.
Cette technique entre dans la lignée des soins relaxants les plus puissants d’Asie. La technique Masunaga apporte au shiatsu, l’efficacité de la médecine traditionnelle chinoise.

D’un point de vue technique, c’est l’utilisation conjointe des deux mains agissant comme deux pôles, tonifiant et dispersant.

Les bienfaits du massage Shiatsu :

  • Rééquilibrage énergétique
  • Détente profonde
  • Déblocage des zones de stress
  • Relaxation immédiate et durable

Ce qui est abordé dans le massage SHIATSU

  • Etablir un bilan énergétique
  • Restaurer la libre circulation de l’énergie dans tout le corps
  • Repérer les signes extérieurs d’un déséquilibre energetique
  • La théorie des 5 éléments
  • Travail du Hara
  • Qu’est-ce que l’énergie vitale
  • Les méridiens
  • La décontraction par zones
  • La technique complète personnalisée
  • Posture et respiration

Le massage shiatsu bien exécuté ressemble à un tai chi entre le masseur et le massé et un état de méditatif profond.

 

C’est un massage très relaxant qui fait du bien au corps et le repose.

a technique de Masunaga repose sur l’utilisation conjointe des deux mains à des fins de tonification et de dispersion (l’auteur emploie ici le terme de « sédation »).
En effet, si un déséquilibre existe dans la circulation de l’énergie, il apparaîtra une zone jitsu, c’est-à-dire une zone d’excès d’énergie, de plénitude ou encore une zone trop yang. A cette zone jitsu, correspond forcément une zone kyo, une zone de vide, une zone trop Yin. Masugana constate que, trop souvent, la médecine ne traite que cette zone jitsu, cette zone congestionnée. Il propose de remédier à l’excès d’énergie en stimulant la zone voisine qui est en état de kyo.
Il faut tout d’abord déterminer sur le corps de la personne massée les zones jitsu. Celles-ci se remarquent à leur caractère tendu, dur, trop concentré. Il faut appliquer légèrement sur cette zone la main gauche : elle aura un effet sédatif, dispersant.
Avec la main droite, vous cherchez la zone kyo, la zone vide, gonflée, molle. Sur cette zone vous appliquez une des techniques tonifiantes du shiatsu, c’est-à-dire une des techniques de pression déjà décrites.
L’emploi du pouce, de la paume, du coude, du genou est évidemment fonction de l’emplacement zone kyo, et de la force de la personne massée. L’effet équilibrant de ce massage est parfaitement mis en évidence par le schéma de Masunaga que nous reproduisons ici.
Le rôle des mains est toujours le même – main gauche : effet sédatif sur zone tendue, – main droite : recherche de la zone kyo correspondante et travail tonifiant de celle-ci.
La précision théorique que sous-entend un tel massage est évidemment très différente de celle de l’acupuncture et elle laisse une large place à l’intuition du praticien.

Cette méthode se révèle cependant très efficace et vous pouvez essayer de l’employer, par exemple, dans le cas du massage du ventre. Face à des massages trop souvent stéréotypés, il faut surtout retenir deux points de l’enseignement du shiatsu de Masunaga.
D’un point de vue technique, c’est l’utilisation conjointe des deux mains agissant comme deux pôles, tonifiant et dispersant.
D’un point de vue général, c’est l’utilisation de l’intuition du masseur qui doit se laisser guider par celle-ci même s’il ne connaît pas parfaitement les localisations des points d’acupuncture.