Les quyền

Les quyền de viet vo dao Le Crès

Le mot quyền, en viet­na­mien, signi­fie « poing » (dans le sens de « boxe ») et repré­sente une forme, un enchaî­ne­ment codi­fié, comme les 型 kata japo­nais et les 套路 tàolù chi­nois.

Définition du quyen

On décrit sou­vent le quyền comme un combat ima­gi­naire contre un ou plu­sieurs adver­sai­res. En réa­lité, chaque quyền est plutôt une sorte de recueil de tech­ni­ques de combat. De fait et depuis très long­temps, ils sont le moyen pri­vi­lé­gié de trans­mis­sion de l’art mar­tial. Les maî­tres en art mar­tiaux sou­hai­tant pro­té­ger leur savoir pour éviter qu’il ne soit uti­lisé à des fins répré­hen­si­bles et ne pas se faire voler leur tech­ni­ques secrè­tes, la lec­ture des quyền n’est pas aussi abor­da­ble qu’à pre­mière vue.

La plu­part des quyền pos­sè­dent de nom­breu­ses tech­ni­ques cachées, pré­sen­tées dans un ordre dif­fé­rent ou légè­re­ment modi­fiées par rap­port aux appli­ca­tions réel­les. Ceci per­met­tant de mas­quer au « non initié » la connais­sance com­plète du quyền.

Jusqu’à une époque pas si loin­taine, les dif­fé­rents styles d’arts mar­tiaux étaient trans­mis exclu­si­ve­ment dans le cadre fami­lial ou de l’école et seuls quel­ques dis­ci­ples rece­vaient l’ensei­gne­ment com­plet. Il n’était alors pas ques­tion qu’un expert puisse accé­der aux secrets d’une école d’un simple coup d’œil. C’est pour­quoi, encore aujourd’hui, l’appren­tis­sage d’un quyền n’a de valeur que si l’on a les clefs pour le déchif­frer.

L’étude des quyền com­prend plu­sieurs niveaux : la pre­mière phase est celle de la mémo­ri­sa­tion de l’enchaî­ne­ment des tech­ni­ques. Une fois cette étape dépas­sée, le pra­ti­quant cher­che la vitesse, la pré­ci­sion et la puis­sance dans l’exé­cu­tion des mou­ve­ments ainsi qu’à com­pren­dre le rythme de l’ensem­ble. Plus tard vient le tra­vail énergétique propre à chaque quyền.

Les quyền de l’école

Liên tấn quyền

Liên tấn quyền : appelé également « quyền de posi­tion », il est fon­da­men­tal dans notre style car il contient toutes les posi­tions et de très nom­breu­ses tech­ni­ques de mains de la méthode de maître Nguyễn Dân Phú ;

les quyền fédé­raux

les quyền fédé­raux : intro­duits dans l’ensei­gne­ment à l’époque de la fédé­ra­tion de Việt võ đạo, ils pro­vien­nent d’autres styles et sont ceux que l’on apprend dans le pre­mier cercle :

Thiện môn quyền [1], « les portes de la méditation »,
Loa thành quyền, « quyền de la cité de Cổ Loa »,
Long hổ quyền, « quyền du dragon et du tigre [2] »,
Thập tự quyền, « quyền des dix caractères [3] » ;

les quyền supé­rieurs
les quyền supé­rieurs : ils sont appris à partir de la cein­ture verte.