Les pa kua

Le travail des Pa Kua

Le terme pa kua [1] (du chi­nois 八卦 bāguà) signi­fie « les huit tri­gram­mes » et repré­sente les huit direc­tions.

Cet aspect de l’externe est très impor­tant dans notre école. C’est un tra­vail dans lequel le võ sinh, situé au centre d’un cercle ima­gi­naire, effec­tue le même enchaî­ne­ment dans huit direc­tions.

Le but est d’appren­dre à se dépla­cer, à blo­quer et à contrer une atta­que pro­ve­nant de toute part (aussi bien devant que der­rière, de gauche ou de droite). Cette tech­ni­que mar­tiale permet également de se pré­pa­rer à com­bat­tre contre plu­sieurs adver­sai­res. Parmi les formes ensei­gnées et codi­fiées, nous retrou­vons trois pa kua de mains et trois pa kua de pieds dans l’ensei­gne­ment du pre­mier cercle.

Deux pa kua supérieurs intègrent l’enseignement pour arriver au fameux 8 des huit trigrammes et donc du pakua

Ces prin­ci­pes sont appli­ca­bles à toutes les tech­ni­ques de main ou de pied et permettent au pratiquant de travailler une technique particulière dans toutes les directions.

C’est un travail qui permet d’affiner grandement sa technique grace à la répétition, de gagner en mobilité et en capacité de sortir sa technique dans toutes les directions et un travail cardiovasculaire important.

A un niveau plus avancé, le travail est exécuté dans un cercle avec plusieurs attaquant autour du pratiquant pour la mise en pratique du pa Kua en application à plusieurs.

Nous avons conservé l’ancienne transcription pa kua pour différencier cette pratique du bát quái chưởng (八卦掌 bāguà zhǎng).