Les durcissements

Le terme durcissement n’est pas forcément connu du non pratiquant ou du pratiquant de sport de combat ou la recherche de la préservation du corps est réalisé par l’ajout de protection (gants, casque, plastron, protège tibias et pieds….). Dans durcissement il y a le terme dur, qui en lui même permet de comprendre l’aboutissement de ce type de travail. L’idée est de renforcer le corps afin qu’il devienne dur.

Ainsi même sans une grande prouesse technique et martiale tout pratiquant devient un problème lorsqu’il est dur.

On ne peux prétendre assumer un affrontement sans s’être préparé. Affûter ses « armes » avant la bataille est nécessaire si l’on veut en sortir indemne. C’est l’un des buts le plus visible de ce type d’exercice.

Travail de durcissement

Le travail de durcissement proposé permet de préparer le corps aux chocs inévitable en deux par deux dès que l’on va approcher des techniques de blocage réaliste et des approches de combat proche d’un affrontement réel.

L’étude du durcissement se fait de façon progressive afin d’obtenir des résultats tout en préservant le corps et sa sensibilité. C’est donc au bout de plusieurs années que le corps commence à avoir une réponse adaptée aux chocs éventuels garantissant une approche saine.

Les dur­cis­se­ments, prin­ci­pa­le­ment des avant-bras et des mains ainsi que la partie infé­rieure des jambes et des pieds, per­met­tent de résis­ter aux chocs incontour­na­bles dans l’étude du combat en for­geant les armes natu­rel­les du corps. Nous les abor­dons prin­ci­pa­le­ment en hivers, pour un tra­vail plus pro­fond, et de manière pro­gres­sive pour ne pas se blesser et conserver la sen­si­bi­lité des mem­bres.

Le travail ne doit jamais être excessif, on garde toujours le principe de la voie du milieu sinon ce type d’entrainement se fera au détriment de vos articulations, tous les bons enseignants vous l’indiqueront. Si votre travail est excessif, avec les années vous pourriez léser vos tendons, vos os ou votre peau choses qui vont à l’encontre du renforcement du corps. Renforcement du corps ne veut pas dire destruction du corps.

Le durcissement un travail interne

La pratique du durcissement amène l’étudiant à se centrer et travailler sur son intérieur car c’est la partie la plus yin du corps qui est travaillée, les os. C’est pour cela que ce type de travail est en général étudié durant la période hivernale pour venir renforcer les organes correspondant à l’énergie de la saison selon les principes de la médecine traditionnelle chinoise et des 5 éléments.

D’ailleurs effectuer ce type de travail sans une pratique d’interne est peu efficace et surtout ne permet pas au corps de se régénérer efficacement pour bénéficier du travail de durcissement. On retrouve ici le principe du yin et du yang souvent ignoré par les sports de combats et certains styles martiaux ne développant pas les arts internes (courent-ils sur une jambe ?).

L’étude énergétique liée aux durcissements est enseignée aux élèves avancés de leur formation martiale.

L’endurcissement et les émotions

Ce travail permet également de jouer sur les aspects émotionnels et mental face au choc ou la peur du choc et permet de trouver à l’intérieur de soi des ressources alors inconnues.

L’endurcissement et la santé

Créer des micro-liaisons pour renforcer le corps peu paraître très surprenant c’est pourtant ainsi que le corps fonctionne. Par son poids, son activité, tentions, vibrations, choc, charge le corps s’adapte à ces sollicitations et cet environnement pour lui permettre de gérer cela. C’est ainsi que la nature du corps humain fonctionne, ces exercices manié avec soin et équilibrent permettent de solliciter le corps justement en vu de le renforcer.

C’est également dans le travail avancé des durcissements en deux par deux que l’on apprend à se soigner et à prendre soin de son corps dans la pratique, le but étant de préserver la santé et de durer dans la pratique, c’est aussi pour cela que les pratiques d’interne sont tellement importante pour que le yang ne prennent pas le dessus et que le corps continue à progresser en harmonie et en équilibre.

Pour les pratiquants les plus anciens, des techniques, formes, outils, travail énergétique et onguent sont proposés pour avancer dans l’étude des durcissements et le travail des durcissements.

Le résultat des durcissements

« Forger ses armes » c’est ainsi qu’est appelé traditionnellement ces exercice de durcissement. Une fois une arme bien forgée et affûtée, son usage est d’autant plus efficace.  titre de comparaison essayez de couper finement et rapidement avec un couteau émoussé.

Par expérience, le résultat de ce travail fait que ,très souvent, la seule protection face à une agression permet de mettre fin au combat, l’adversaire étant tombé sur un os

Si jamais un impact doit intervenir avec ce type de travail préalable on découvre alors toute l’efficacité démultiplié des impacts au grand étonnement de l’adversaire.

A venir pratiquer pour les plus curieux…

Bien sur ces exercices de durcissement ne sont qu’un des travaux enseignés parmi l’ensemble de la formation pour acquérir les fondamentaux de l’art martial traditionnel.