Le fléau

La pratique du fléau

Le fléau est une arme fluide comme le nunchaku. il associe l’assemblage de 2 bâtons courts à travers une chaîne qui permet les blocage et la fluidité entre les 2 bâtons. Cette arme est très rapide et les mouvements ressemblent à des fouets car l’extrémité du bâton et propulsé par sa conception et le mouvement associé.

C’est une arme impressionnante et redoutable car les mouvements sont brefs, rapides et c’est une arme difficilement contrôlable par sa grande fluidité. On se souvient tous de Bruce lee pratiquant le fléau dans ses films et l’impression dégagée par sa manipulation.

Le fléau est un maître en soi car sa pratique demande de la présence continue et sa pratique juste permet de former la corps du pratiquant qui sera utile dans bien d’autres partie de l’art martial. Rigueur et concentration sont indispensable à la pratique du fléau. C’est ‘armes qui permet de déverrouiller le plus les articulations des épaules dans les mouvements de base.

Sa pra­ti­que demande une rigueur et une concen­tra­tion toute par­ti­cu­lière car, dans un pre­mier temps, il est plus dan­ge­reux pour celui qui le manie que pour un adver­saire éventuel. On dit du fléau qu’il est un bon pro­fes­seur en lui-même car une erreur est vite sanc­tion­née par un choc sur les mem­bres ou la tête. Du fait de sa concep­tion, c’est une arme très puis­sante et dif­fi­cile à parer.

Fléau ou nunchaku ?

Dans l’école c’est bien le fléau qui est enseigné. Bien que ressemblant au nunchaku il y a quelque différence importante qui en font une manipulation plus vaste que celle proposée par le nunchaku par la conception du fléau.

En effet la partie assemblant les 2 parties du fléau est plus longue que sur un nunchaku. Cette caractéristique permet une plus grande possibilité de manipulation et certains mouvement tout simplement impossible avec un nunchaku.

Dans l’école nous privilégions la chaîne à la corde afin de pouvoir faire face à des armes tranchante comme les épées ou le sabre et d’accroire sa résistance sur des parades sur armes longues comme le bâton long par exemple.

L’origine du fléau

Le fléau est un exem­ple typi­que de la trans­for­ma­tion d’un outil agraire en arme, deve­nue fon­da­men­tale dans la plu­part des écoles d’arts mar­tiaux. Cet outil, com­posé de deux courts man­ches reliés par une corde ou une chaîne, ser­vait à battre les céréa­les et s’est imposé comme une arme dans les mains des pay­sans, que ce soit à Okinawa sous un régime de pro­hi­bi­tion des armes ou au Vietnam pour se pro­té­ger des mul­ti­ples inva­sions. Plus connu sous le terme japo­nais ヌンチャク nun­chaku, il a connu une renom­mée mon­diale grâce aux films d’arts mar­tiaux.